L'Ile de France

Partage d'information à propos de L'Ile de France

L'Ile de France

oulala

Un peu d'histoire en Île-de-France


La région d'Île-de-France est née du domaine royal constitué depuis le Xe siècle par les rois Capétiens. Ses limites ont varié jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Cette province s'étendait vers l'ouest et surtout le nord et était moins vaste qu'aujourd'hui en direction de l'est et du sud. Elle formait la zone d'intérêts économique des corporations marchandes de Paris, qui ont contribué à en fixer les contours.
Au XVIIe siècle, un nombre important d'habitants vinrent coloniser en Nouvelle-France (Québec), en particulier les fameuses filles du Roy.
Elle fut découpée, à la suite de la Révolution, en trois départements : Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne. La région fut reconstituée après 1945 et la décentralisation administrative à partir de 1964, puis politique en 1982 a consolidé les anciennes provinces.
En 1965, sous l'action vigoureuse de Paul Delouvrier à la tête du district de la région parisienne, le nombre de départements a été porté de trois à huit, y compris Paris. L'un d'eux, celui de Seine-et-Marne, occupe près de la moitié de la superficie régionale. Autour de Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne forment la petite couronne. Les départements du Val-d'Oise, des Yvelines et de l'Essonne constituent la grande couronne. L'objectif de cette réforme administrative était éminemment politique : il s'agissait de démanteler le département de la Seine, dont le Préfet avait presque autant de pouvoir que le Premier ministre. Cette concurence à la tête de la région capitale était jugée néfaste par De Gaulle et Michel Debré, premier ministre de l'époque pour entreprendre l'aménagement de la région parisienne (« remettre de l'ordre »). Ainsi, en 1965, l'équipe de Delouvrier réalise le Schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région de Paris (SDAURP), un document de planification spatiale ambitieux, qui remodelera profondément le visage et le fonctionnement de la région capitale : constitution d'un Réseau Express Régional (RER) et création des villes nouvelles (Évry, Marne-la-Vallée, Cergy-Pontoise, Saint-Quentin-en-Yvelines etMelun-Sénart).
Le district de la région parisienne est devenu la région Île-de-France en 1976.

Les départements en Île-de-France

L'Essonne 91

Le département de l'Essonne a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi du 10 juillet 1964, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie sud de l'ancien département de Seine-et-Oise.
En 1969, les communes de Châteaufort et Toussus-le-Noble en ont été détachées au profit des Yvelines. La ville de Corbeil-Essonnes, autrefois sous-préfecture de Seine-et-Oise, abrita temporairement la préfecture du département, de sa création jusqu'à l'achèvement de la nouvelle préfecture à Évry. La sous-préfecture existe encore à Corbeil-Essonnes, mais la ville n'est pas chef-lieu d'arrondissement et fait partie de l'arrondissement d'Évry.
L'Essonne se caractérise par un climat océanique dégradé, principalement sous l'influence des régimes d'Ouest - Sud-Ouest. Cela se traduit par une fréquence élevée des pluies (environ 160 jours par an), paradoxalement l'Essonne figure parmi les départements les plus secs de France, le mot sec étant relatif aux quantités de pluie (560mm/an à Brétigny contre 870mm à Nice ou 630mm à Marseille). Les précipitations sont bien réparties tout au long de l'année, toutefois l'été connaît des précipitations surtout sous forme d'averses orageuses brèves mais intenses.
Les températures sont typiques des plaines du bassin parisien ( janvier : 0/6°C, juillet : 13/24°C à Brétigny ). À noter que les températures minimales sont plus élevées d'1 à 2°C dans le nord du département du fait de l'urbanisation et ses effets adoucissants.

Les Hauts-de-Seine 92

Le département des Hauts-de-Seine a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi du 10 juillet 1964, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie ouest de l'ancien département de la Seine (27 communes) et d'une petite portion de celui de Seine-et-Oise (9 communes).
En 2004, le conseil général avait un budget de 1,7 milliard d'euros et employait 5 500 agents. Le PIB par habitant est trois fois plus élevé dans les Hauts-de-Seine que la moyenne nationale. Par ailleurs, le département accueille plus de 6 000 sièges sociaux d'entreprises.
Au nord des Hauts-de-Seine a été aménagé le quartier d'affaires de La Défense, sur les communes de Puteaux, Courbevoie et Nanterre, où sont implantés les sièges sociaux de grandes entreprises françaises et étrangères

Paris 75

Paris est la capitale de la France et le chef-lieu de la région d'Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine. Connue dans le monde entier pour ses monuments et sa vie artistique et culturelle, Paris est aussi une ville importante dans l'histoire mondiale, un centre politique et économique important ainsi qu'un point de passage pour les transports internationaux. C'est la capitale mondiale de la mode et du luxe. Ses habitants sont appelés les Parisiens ou, péjorativement, les Parigots. Paris est également connue sous le nom argotique de « Paname » ou encore de « Pantruche ».
En 2004, la population de la ville de Paris était de 2 144 700 habitants d'après l'estimation de l'INSEE[1] au sein de ses limites administratives. Néanmoins, la ville s'est largement agrandie au-delà de ses frontières au cours du XXe siècle. Son aire urbaine, qui inclut l'agglomération et la couronne périurbaine, comprenait 11,1 millions d'habitants en 1999.
La devise de Paris est Fluctuat nec mergitur (« Il est battu par les flots sans être submergé »). Elle évoque le Scilicet, navire représenté sur le blason de la ville et symbole de la puissante corporation des Nautes ou des Marchands de l'eau, gérante de la municipalité au Moyen Âge. La patronne de la ville est sainte Geneviève, qui aurait convaincu Attila d'épargner la ville au Ve siècle.
Paris doit son nom à la tribu des Parisii, comme d'ailleurs Cormeilles-en-Parisis ou Fontenay-en-Parisis.
L'origine de ce nom n'est pas connue avec certitude. Il pourrait dériver du mot gaulois kwar (carrière), par référence aux nombreuses carrières de la région parisienne. D'autres étymologies ont été proposées. Selon Pierre Hubac et Cheikh Anta Diop, les Parisii devraient leur nom à la déesse égyptienne Isis, à laquelle de nombreux temples (ou enclos, per Isis en égyptien) auraient été dédiés dans la région parisienne. Une légende rattache le nom de Paris à celui de la cité engloutie d'Ys. Maurice Druon dans Paris de César à Saint Louis postule que le nom de Paris viendrait du mot gaulois par (bateau). La prospérité de Lutèce - une île - était assurée par les nautes (mariniers). [… Et la barque des nautes constitue l'emblème central du blason de Paris. Ville en forme de navire, ville sur l'eau et qui doit à l'eau sa fortune, son nom même semble tiré du fleuve, puisque formé probablement sur le mot gaulois par qui voulait dire bateau … ]

La Seine-et-Marne 77

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de la province d'Île-de-France.
Le département de Seine-et-Marne fait partie de la Région Île-de-France, dont elle constitue la moitié orientale, sa superficie représente 49% du territoire de l'Ile-de-France. Elle est limitrophe des départements du Val-d'Oise, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et de l'Essonne à l'ouest, du Loiret et de l'Yonne au sud, de l'Aube et de la Marne à l'est, de l'Aisne et de l'Oise au nord.
Le département s'étend sur plusieurs régions naturelles, notamment la Brie et le Gâtinais.
Avec 60% de son territoire dédié à l'exploitation agricole, la Seine-et-Marne se singularise en Ile-de-France par le poids de ce secteur logiquement quasi inexistant dans les départements nettement plus urbanisés. Les céréales, mais aussi la betterave sucrière sont les principales productions. Les points forts de l'industrie sont la raffinerie de Grandpuits et le centre de recherche de la SNECMA. Les deux villes nouvelles forment des pôles tertiaires en devenir tandis que le tourisme dispose de solides arguments avec de nombreux sites remarquables et un bon parc hotelier.

La Seine-Saint-Denis 93

Le département de la Seine-Saint-Denis a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi du 10 juillet 1964, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie nord-est de l'ancien département de la Seine (24 communes) et d'une petite portion de celui de Seine-et-Oise (16 communes).
La Seine-Saint-Denis est située au nord-est de Paris. Sa superficie est de 236 km², ce qui en fait l'un des plus petits départements français. La Seine-Saint-Denis forme avec les deux autres petits départements touchant Paris (les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne) la petite couronne, c'est-à-dire la proche banlieue parisienne.
La Seine-Saint-Denis est l'un des départements constituant la ceinture rouge historique de Paris. C'est un fief historique de la gauche, et en particulier du parti communiste, qui contrôle encore la plupart des grandes mairies du département (Saint Denis, Aubervilliers, Bobigny, La Courneuve). C'est aujourd'hui l'un des deux départements, avec le Val-de-Marne, où le PCF dispose de la majorité relative des sièges au conseil général. Cependant, depuis une vingtaine d'année la montée du Front national fait de ce parti l'un des principaux partis du département, qui est lui-même son fief régional

Le Val-d'Oise 95

Le chef-lieu du département est Pontoise, qui était auparavant sous-préfecture de Seine-et-Oise, mais la préfecture est installée dans la ville voisine de Cergy, tandis que Pontoise abrite une sous-préfecture. Les deux villes, très liées au sein de l'agglomération nouvelle de Cergy-Pontoise, font partie d'un seul et même arrondissement, celui de Pontoise.
Le Val-d'Oise fait partie de la région Île-de-France. Il est limitrophe des départements de l'Oise au nord, de la Seine-et-Marne à l'est, de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et des Yvelines au sud et de l'Eure à l'ouest.
Le centre et le sud-est du département font partie de l'agglomération parisienne. On y trouve également l'aéroport international Roissy-Charles-de-Gaulle, dont l'emprise au sol s'étend aussi un peu sur les départements de Seine-et-Marne et de la Seine-Saint-Denis. L'ouest, formé d'une partie du Vexin français, est resté rural.

Le Val-de-Marne 94

Le département du Val-de-Marne a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi du 10 juillet 1964, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie sud-est de l'ancien département de la Seine (29 communes) et d'une petite portion de celui de Seine-et-Oise (18 communes).
À la création du département, ce dernier compte 1 121 319 habitants, principalement logés dans de petits pavillons de banlieue construits entre la fin du XIXe siècle et les années 1930, et de grands ensembles dont la mise en chantier débute au sortir de la Seconde Guerre mondiale. La préfecture, Créteil, bénéficie d'un programme d'urbanise particulier : le "nouveau Créteil".
Le pari politique à la création du département était de mixer populations aisées, sur les franges du territoire, et populations ouvrières, au centre, afin de laisser une chance aux partis de droite de contrôler le Conseil Général. Le pari est gagné lors des élections cantonales de 1970 avec la victoire des listes gaullistes aux élections cantonales. L'UDR Roland Nungesser devient président du Conseil Général à la place du communiste Gaston Viens. Le département bascule pourtant à gauche lors des élections cantonales de 1976 avec l'élection du communiste Michel Germa le 18 mars 1976 à la présidence du Conseil Général. Le poids du PC s'érode, mais reste fort dans le département avec encore 21,18% pour les listes communistes lors du premier tour des élections cantonales de 1992. Le PC se maintient ainsi comme la première force politique d'un département qui penche clairement à gauche. Michel Germa est remplacé par le communiste Christian Favier le 23 mars 2001.
Les bords de Marne avec ses guinguettes et ses îles constituent un site remarquable, connu de longue date par les touristes en quête de dépaysement. Nombre de chansons populaires ont jadis vantées les qualités de ces lieux : Quand on s’promène au bord de l’eau chanté par Jean Gabin en 1936, Ah ! le petit vin blanc écrite en 1943 par Jean Dréjac et qui fut un grand succès juste après la guerre ou À Joinville-le-Pont chanté par Bourvil en 1953, notamment, mais aussi des films comme Nogent, Eldorado du dimanche de Marcel Carné (1929) ou La Belle équipe de Julien Duvivier (1936).
Résolument tourné vers la modernité, le Musée d'art contemporain du Val-de-Marne propose dans le centre-ville de Vitry-sur-Seine un espace dédié à l'art en France depuis 1950 sur 10 000m². Le "Mac/Val" fut inauguré en novembre 2005.
Le Lac de Créteil est un plan d'eau d'environ 40 hectares qui permet la pratique de la voile, notamment. Ce lac urbain est également un site naturel important aménagé pour faciliter le passage des migrations d'oiseaux. Le Val-de-Marne est également une terre de châteaux. Citons ici le Château de Vincennes et le Château de Grosbois.
Le parc hôtelier du Val-de-Marne comptait en 2003 170 chambres en quatre étoiles, 2784 chambres en trois étoiles, 3635 chambres en deux étoiles et 1651 chambres de moins de deux étoiles. Au total, 8240 chambres soit une augmentation de 56% entre 1990 et 2003.

Les Yvelines 78

Le département des Yvelines a été créé le 1er janvier 1968, en application de la loi n° 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, conformément au décret d'application du 25 février 1965, à partir de la partie ouest de l'ancien département de Seine-et-Oise, dont il a réutilisé le code 78.
En 1969, les communes de Châteaufort et Toussus-le-Noble, précédemment dans l'Essonne, lui ont été rattachées.
C'est le poète Jehan Despert qui est à l'origine du nom du département, s'inspirant du nom de l'ancienne forêt d'Yveline dont l'actuel massif forestier de Rambouillet est une relique.
Le tourisme dans les Yvelines, favorisé par la proximité de Paris, est fortement marqué par la présence du château de Versailles, qui est avec plus de six millions de visiteurs, l'une des principales attractions touristiques de la France. Le second site touristique est le château de Saint-Germain-en-Laye. Ces sites prestigieux tendent toutefois à éclipser les nombreux points d'intérêt du département, liés principalement à son histoire.
Six villes s'honorent du titre de « villes royales ». Outre Versailles et Saint-Germain-en-Laye, il s'agit de Poissy qui a vu naître saint Louis, Mantes-la-Jolie, Marly-le-Roi et Rambouillet. De nombreux châteaux, anciennnes résidences royales, ou demeurent des familles puissantes, proches du pouvoir, sont ouverts à la visite. Les plus connus sont ceux de Versailles, Saint-Germain-en-laye, Rambouillet, Breteuil, Maisons-Laffitte, Thoiry. S'y ajoutent quelques rares vestiges de châteaux-forts plus anciens, comme le château de la Madeleine à Chevreuse.